“Tableau des émotions”

Utiliser un “Tableau des émotions”.

Les émotions font partie de notre vie…

Nous n’avons pas de contrôle sur elles. Elles vont, elles viennent. Les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles parlent de nous, de nos besoins, satisfaits ou non. Si je suis détendu et paisible, mes émotions me disent que mes besoins sont satisfaits : besoin de calme, de sécurité, de rencontre… Si je vis de la colère, de la frustration, cela me dit qu’un de mes besoins n’est pas satisfait. Pour un même sentiment, il peut y avoir plusieurs besoins. Si je suis en colère, je peux avoir besoin qu’on m’écoute ou, au contraire, qu’on me laisse tranquille. Nos émotions sont précieuses car elles sont des indicateurs de notre état. C’est pour cela qu’il peut être utile de prendre le temps de nommer nos émotions et nos besoins, et de les partager avec les membres de notre famille qui auront ainsi les clés s’ils souhaitent nous soutenir. Car si je suis déçu(e), inquiet(e), fier(e) ou serein(e), je n’ai pas la même disponibilité à ma famille.

Prendre le temps de nommer mon émotion me permet de commencer à prendre du recul vis-à-vis de cette émotion afin de voir si je peux ajuster moi-même quelque chose dans l’instant pour y faire face (m’isoler, chanter, sortir). Prendre le temps de partager son état du moment, son émotion, à notre entourage, c’est donner à chacun une chance d’adapter son comportement. Car, dans le fond, nous sommes convaincues que nos enfants, comme nous et notre conjoint, préfèrent une ambiance paisible à la maison. Parfois, ils ne leur manquent que les clés pour y accéder, car ils ne savent pas décoder notre humeur, ils n’ont pas encore appris à y être attentifs et ne peuvent pas deviner le besoin que cette humeur cache. Un des moyens pour apprendre à communiquer sur ce sujet en famille est d’avoir accès à un “tableau des émotions et des besoins “. Il existe en effet des tableaux des émotions qui sont des affiches sur lesquelles sont dessinés plein de visages qui expriment des émotions: heureux, triste, gêné, en colère, etc. Il est important que votre tableau nomme les émotions et les besoins, et que chacun puisse avoir un moyen d’indiquer son état du moment au reste de la famille (une pince à linge avec le prénom de chacun inscrit au feutre peut faire l’affaire).

Tout le monde n’a pas appris le langage des émotions et des besoins, il n’est pas facile de les identifier. Pouvoir regarder sur un tableau qui montre des visages permet de reconnaître son émotion pour, ensuite, la nommer. Choisir un besoin sur une liste permet de prendre du recul sur son état et d’identifier ce qu’on peut faire pour avoir plus de bien-être. En faire part à toute la famille, c’est permettre à chacun d’en tenir compte.

Il arrive que, plongés dans le feu de l’action, nous ne sachions pas comment nous nous sentons. Avoir chez soi un tableau des émotions et le regarder souvent permet de s’entraîner à se poser la question  “Comment je me sens maintenant, de quoi j’ai besoin ? “, ou à poser la question à son enfant ou son conjoint: ” Comment te sens-tu maintenant, de quoi as-tu besoin ? ”  Aller à la rencontre de mon humeur et aller à la rencontre de l’humeur de l’autre, c’est comme se faire un
cadeau. Un cadeau pour soi, car je me connecte à ma réalité et je peux alors ajuster mon comportement; un cadeau pour nos enfants, notre conjoint et notre entourage, car ils pourront trouver alors des solutions et agir en conséquence; un cadeau pour la relation, car nous évitons de réagir de manière disproportionnée et blessante à une erreur de l’autre (alors qu’en fait, le problème, ce n’est pas l’erreur, mais notre humeur de chien à cause, par exemple, d’une remarque désobligeante de notre patron le matin).

De même, lorsque je sais que mon enfant ou mon conjoint est d’humeur massacrante, qu’il est fatigué, triste ou joyeux, je peux alors choisir d’adapter mes demandes et ma manière de communiquer. Lorsque ma fille descend les escaliers en tapant des pieds, je ne sais pas si elle est triste ou en colère. Si elle va au tableau et me dit: “je suis triste, j’ai besoin d’être chouchoutée”, c’est différent de “je suis en colère, j’ai besoin d’être seule”. je peux alors aller vers elle pour l’accompagner dans la traversée de son chagrin ou veiller à ce que le reste de la famille la laisse tranquille, le temps que l’orage passe. Avoir un tableau des émotions et des besoins, c’est simple et facile. Il peut être affiché sur le réfrigérateur et nous pouvons commencer à l’utiliser pour parler de nos émotions “agréables “: je me sens joyeux(se), je me sens léger(e),je me sens disponible,je me sens détendu(e), etc. Une fois que nous aurons un peu plus l’habitude, nous  pourrons nous entraîner à indiquer nos émotions plus désagréables à vivre et moins faciles à partager.

Cliquez ici pour télécharger votre “Tableau des émotions”, à imprimer et à afficher.

1. Comment je me sens? 

2. Quel est mon besoin?  

 

Texte Christine LEWICKI et Laurence LEROY , J’arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint), Edition EYROLES 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *